Iran : Mort du président Raissi et du ministre des Affaires étrangères dans un crash d'hélicoptère

1 mois_ago 6
ARTICLE AD BOX
Le président iranien Ebrahim Raissi et le ministre des Affaires étrangères ont été retrouvés morts lundi sur le site du crash de leur hélicoptère. Le Premier vice-président iranien, Mohammad Mokhber, exercerait les fonctions de président par intérim.
 Mort du président Raissi et du ministre des Affaires étrangères dans un crash d'hélicoptère
Le président iranien Ebrahim Raissi, le ministre des Affaires étrangères du pays et plusieurs autres responsables ont été retrouvés morts lundi, quelques heures après que leur hélicoptère s'est écrasé dans une région montagneuse et brumeuse du nord-ouest du pays, ont rapporté les médias d'État. L’accident survient alors que le Moyen-Orient reste perturbé par la guerre entre Israël et le Hamas, au cours de laquelle Raïssi, 63 ans, sous la direction du guide suprême, l’ayatollah Ali Khamenei, a lancé une attaque de drones et de missiles sans précédent contre Israël le mois dernier.

Khamenei a annoncé lundi que le Premier vice-président iranien, Mohammad Mokhber, exercerait les fonctions de président par intérim du pays jusqu'à la tenue des élections. Pendant le mandat de Raïssi, l'Iran a enrichi l'uranium plus près que jamais des niveaux de qualité militaire, exacerbant encore les tensions avec l'Occident alors que Téhéran a également fourni des drones porteurs de bombes à la Russie pour sa guerre en Ukraine et à des milices armées dans la région.

La télévision d’État n’a donné aucune cause immédiate pour l’accident survenu dans la province iranienne de l’Azerbaïdjan oriental. Parmi les morts figurait le ministre iranien des Affaires étrangères Hossein Amirabdollahian, 60 ans.

 L'hélicoptère transportait également le gouverneur de la province iranienne de l'Azerbaïdjan oriental et d'autres responsables, a rapporté l'agence de presse officielle IRNA qui précise que l'accident avait tué huit personnes au total, dont trois membres d'équipage de l'hélicoptère Bell, acheté par l'Iran au début des années 2000.

En Iran, les avions sont confrontés à une pénurie de pièces détachées et volent souvent sans contrôles de sécurité en raison des sanctions occidentales. C'est pour cette raison que l'ancien ministre iranien des Affaires étrangères, Mohammad Javad Zarif, a cherché lundi dans une interview à rejeter la responsabilité du crash sur les États-Unis.

Ces derniers, jusqu’au matin du lundi, n'avaient pas encore commenté publiquement la mort de Raïssi.
 
Tôt lundi matin, les autorités turques ont publié ce qu'elles ont décrit comme des images de drone montrant ce qui semblait être un incendie dans la nature qu'elles « soupçonnaient être l'épave d'un hélicoptère ».

Les coordonnées indiquées dans les images ont localisé l'incendie à environ 20 kilomètres (12 miles) au sud de la frontière azerbaïdjano-iranienne, sur le flanc d'une montagne escarpée. Des images diffusées par l'IRNA tôt lundi montrent ce que l'agence a décrit comme le lieu de l'accident, à travers une vallée escarpée dans une chaîne de montagnes verdoyante.

Khamenei, qui avait lui-même exhorté le public à prier dimanche soir, a souligné que les affaires du gouvernement iranien continueraient quoi qu’il arrive.

Selon la constitution iranienne, le Premier vice-président iranien prend la relève en cas de décès du président, avec l’assentiment de Khamenei, et une nouvelle élection présidentielle serait déclenchée dans les 50 jours.

Le message de condoléances de Khamenei lundi pour la mort de Raissi, a déclaré cinq jours de deuil public et a reconnu que Mokhber avait assumé le rôle de président par intérim. Mokhber avait déjà commencé à recevoir des appels de responsables et de gouvernements étrangers en l’absence de Raïssi, ont rapporté les médias d’État.

Une réunion d'urgence du Cabinet iranien a eu lieu alors que les médias d'État en faisaient l'annonce lundi matin. Le Cabinet a ensuite publié une déclaration promettant qu'il suivrait la voie de Raïssi et qu'« avec l'aide de Dieu et du peuple, il n'y aura aucun problème avec la gestion du pays ».

Raïssi était considéré comme un protégé de Khamenei et certains analystes avaient suggéré qu’il pourrait remplacer le dirigeant de 85 ans après la mort ou la démission de Khamenei. Avec la mort de Raïssi, la seule autre personne suggérée jusqu'à présent est Mojtaba Khameini, le fils de 55 ans du guide suprême.

Réactions et condoléances
Réactions sobres ou ouvertement affligées: le monde réagit lundi à la mort dans un crash d'hélicoptère du président iranien Ebrahim Raïssi et de son ministre des Affaires étrangères Hossein Amir-Abdollahian avec d'autres responsables de la République islamique, poids lourd du Proche-Orient.

Xi Jinping qualifie la mort du président Raïssi de "grande perte pour le peuple iranien" et Vladimir Poutine a rendu hommage dans un télégramme de condoléances à un "politicien remarquable" et ajoute: "en tant que véritable ami de la Russie, il a apporté une contribution personnelle inestimable au développement des relations de bon voisinage entre nos pays et a déployé de grands efforts pour les amener au niveau du partenariat stratégique".

Le secrétaire général de l'Organisation de la Coopération islamique qui rassemble 57 pays, Hissein Brahim Taha, "exprime ses sincères condoléances et sa sympathie au gouvernement et au peuple iranien", selon un communiqué de l'organisation basée à Djeddah sur les réseaux sociaux.

Le président du Conseil européen Charles Michel présente les "sincères condoléances" de l'UE. "Nos pensées vont à leurs familles", indique-t-il dans un message sur le réseau social X.

La cheffe du gouvernement italien Giorgia Meloni a exprimé sur la télévision Canale 5 sa "solidarité et la solidarité de l'Italie au gouvernement iranien et au peuple iranien", espérant "que la future direction iranienne voudra s'engager en faveur de la stabilisation et de la pacification de la région".

Recep Tayyip Erdogan sur X a exprimé ses "plus sincères condoléances au peuple et au gouvernement iraniens amis et frères", disant se tenir "aux côtés de notre voisin iranien".

Le roi Abdallah II présente sur X "ses condoléances les plus sincères aux frères, aux responsables, au gouvernement et au peuple de la République islamique d'Iran".

Le président égyptien, Abdel Fattah al-Sissi, qui a amorcé un rapprochement avec l'Iran ces dernières années, exprime "ses sincères condoléances et sa sympathie" au peuple iranien et souligne la "solidarité du Caire avec les dirigeants et le peuple iranien face à cette terrible perte".

Les Emirats arabes unis et le Qatar ont salué la mémoire du président Raïssi et son ministre des Affaires étrangères.

Lire l'article en entier
LEFT SIDEBAR AD

Hidden in mobile, Best for skyscrapers.